jeudi 5 février 2009

Brioche passe-partout


J'adoooooooooooooooore la brioche. Et c'est tellement facile à faire ! Je tiens cette recette géniale d'une collègue qui a pour habitude de réaliser tous les samedis 2 brioches : une pour sa petite famille et l'autre pour qui n'en veut. A son arrivée dans mon service, ma collègue nous a offert une de ses merveilles. C'est la bouche pleine que je lui ai imploré de me donner sa recette, transmise de mère en fille depuis la nuit des temps... C'est bien dans les vieux pots qu'on fait les meilleures... brioches !

Cette brioche s'apparente plutôt à du pain au lait ou à un pain de mie qui serait sucré. Rien à voir avec la brioche fine typique et sa livre de beurre qui vous pèse sur l'estomac. Cette recette de brioche est adaptable à l'infini. Je m'explique : on peut lui ajouter des raisins secs, des pépites de chocolat, des glaçages différents... Elle supporte toutes les inventions gourmandes du moment ! J'ai même réalisé de superbes Männele pour la Saint Nicolas gâce à cette pâte.


Les ingrédients de la brioche passe-partout sont dans toutes les bonnes cuisines, même la veille des courses :
- 500 g. de farine
- 1 sachet de levure boulangère sèche
- 2 oeufs à température ambiante
- 1 pincée de sel
- 75 g. de sucre
- 15 cl de lait tiède
- 125 g. de beurre laissé à température ambiante depuis au moins 1 heure

Je commence par légèrement chauffer un verre de lait au micro-ondes. Le lait doit être tiède pour aider la levure à gonfler. Je mets la farine, la levure et le sucre dans mon robot et hop, j'allume le robot. C'était l'étape la plus difficile !

J'attends 2 minutes, le temps de couper le beurre en petits morceaux lesquels vont rapidement faire connaissance avec la farine. Le robot tourne toujours. Puis les oeufs, le sel et enfin le lait se joignent au mélange. Pour le lait j'y vais petit à petit. Parfois, 10 cl suffisent, voire moins ou plus. Il n'y a pas de règle, donc ayez l'oeil ! La pâte doit se décoller des parois sans être trop sèche. Et le robot continue de pétrir la pâte. Plus elle est mélangée, meilleure elle sera. J'attends en moyenne 15 à 20 minutes avant de faire taire le robot.

Ma pâte est réussie, prête à lever. Je pose un film en plastique sur le dessus de la cuve que je place dans un endroit légèrement humide, chaud et surtout à l'abri des courants d'air.

Au moins 2h plus tard, la pâte a bien levé. Je la travaille un peu, la coupe en 3 boules que je transforme en 3 longues ficelles. Mais pour quoi faire ? Une tresse ! Je tresse la pâte comme une natte et je dépose le tout dans un moule rond avec une tasse renversée au milieu (à la place du moule que je n'ai pas) ou dans un moule à cake. Inutile de beurrer le moule (sauf s'il est vieux et/ou plus du tout anti-adhésif) : la pâte contient assez de matières grasses. Je redépose le film plastique transparent sur le tout et j'attends quelques heures, le temps d'obtenir une belle brioche gonflée !

En principe, j'opère en 3 temps sur une journée. Je commence le matin par préparer ma pâte. Je laisse lever une première fois jusqu'à 12-14h. Et je laisse lever une seconde fois jusqu'à 18-19h. Et là cuisson 25 minutes à 180° C (le four aura été préchauffé 10 minutes à cette température) : je badigeonne au préalable le dessus de la brioche d'un jaune d'oeuf délayé dans quelques gouttes de lait avant d'y parsemer des pépites de sucre.

Cette brioche se conserve très bien 5 jours dans du papier aluminium. Encore un point positif !

On peut ajouter à la pâte des raisins secs (après la 1re levée) ou des pépites de chocolat (également après que la pâte ait levé une première fois, sinon la pâte lèvera moins bien). Le glaçage au sucre peut se faire à la sortie du four (mélange de sucre en poudre et d'eau badigeonné au pinceau).

On peut aussi réaliser de petites boules, des petits bonhommes, des étoiles, des brioches parisiennes (avec le chapeau : pour ce faire, il faut réaliser un pâton, faire un trou en bas du pâton pour y faire ressortir le haut du pâton et placer le tout dans un petit moule... sans schéma, j'ai l'impression de parler chinois, si vous avez besoin de précision, je me chargerai de photographier la manipulation, très simple) et tutti quanti !

1 commentaire:

Isabelle a dit…

Tu démarres très fort! Bienvenue à toi sur la blogosphère culinaire, je suis très flatée de t'avoir comme abonnée fidèle...
Il est trop tard maintenant mais j'aurai été ravie de te voir participer au KiKi...
A bientôt