jeudi 12 mars 2009

L'agneau qui était né dans des stilettos...


L'histoire de ce joli agneau est atypique et mérite qu'on s'y attarde. Hier, j'ai acheté le dernier numéro de "Elle à table", magazine que je recommande pour ses recettes originales et ses photos attractives (pourtant, la pub ce n'est pas mon truc...). Page 63, je tombe nez à nez sur la recette de l'agneau pascal de Christophe Felder. Les photos sont sublimes. Mais la recette... Je suis une fan inconditionnelle de Christophe Felder. Je l'ai cité moultes fois ici comme modèle d'inspiration pour mes recettes, mais là non. Les proportions ne sont pas exactes pour faire un beau mouton, et si le coup de main est bien là (sauf pour la cuisson et 2 ou 3 petites choses...), on obtient au moins 2 moutons avec cette recette qui n'aura pas le moelleux de ma version familiale. Pardon Christophe, mais là je ne te suis pas ;-) !

L'agneau pascal ou Lammele en alsacien, est une version simplifiée de la génoise, moulée en forme de mouton. Elle se déguste à Pâques (ou avant, si comme moi on a des problèmes avec le calendrier surtout quand il s'agit de gâteaux) avec des fraises en général (donc pour les fraises, on attendra, à moins de choisir l'espèce des fraises Tagada, mûres toute l'année...).

Seul hic, je n'avais pas de moule à Lammele. Incroyable pour une alsacienne ! Qu'à cela ne tienne ! J'ai pour la première fois pénétré dans l'antre d'une des dernières quincailleries de Strasbourg, une échope devant laquelle je suis passée des centaines de fois sans jamais m'arrêter. L'endroit était sombre et a priori peu engageant. Mais en avançant, j'allais de découverte en découverte, un peu comme si, sans le fameux précieux sésame, j'avais intégré la non moins célèbre caverne d'Ali Baba. Ici, on trouve réellement de tout : une thermos et des pinceaux de tous diamètres, un écrou modèle unique et des sacs de terreau... Un inventaire à la Prévert ! Je me suis même surprise à fredonner "La complainte du progrès" de Boris Vian :

"Autrefois pour faire sa cour
On parlait d'amour
Pour mieux prouver son ardeur
On offrait son coeur
Maintenant c'est plus pareil
Ça change, ça change
Pour séduire le cher ange
On lui glisse à l'oreille
- Ah, Gudule ! Viens m'embrasser
Et je te donnerai...

Un frigidaire
Un joli scooter
Un atomixer
Et du Dunlopillo
Une cuisinière
Avec un four en verre
Des tas de couverts
Et des pelles à gâteaux
Une tourniquette
Pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur
Pour bouffer les odeurs
Des draps qui chauffent
Un pistolet à gaufres
Un avion pour deux
Et nous serons heureux"...

Le quincailler, fort sympathique et très souriant, ne m'a pas regardée comme si un ovni m'attendait dehors alors que je lui formulais ma requête : un moule à Lammele (sans l'accent, ça le fait moins bien). Comble de surprise, il avait même différents modèles à me proposer : des lapins, des moutons, des petits modèles et des grands modèles, des moules en terre cuite et des moules en métal ! Je me suis rapidement rabattue sur l'objet de ma convoitise, le grand modèle de moules à Lammele en céramique que mes arrières-grands-mères alsaciennes utilisaient sans doute déjà mais qui ont atterri chez des brocanteurs suite à des nettoyages trop intensifs de greniers encombrés ! Le quincaillier m'a même offert sa propre recette du Lammele, très proche de la mienne et qui mentionnait des quantités réalistes pour 1 Lammele (quelque part, cela m'a rassuré).

J'étais réellement fière de mon acquisition du jour et suis rentrée très souriante à la maison, exhibant à mon mari le fameux objet. Que voici :


Il s'est exclamé : "Mais que veux-tu faire avec des chaussures de drag queen" ? ... L'homme est ainsi fait : sa femme rentre avec un sourire qui fait trois fois le tour de la tête et avec une grosse boîte sous le bras. Il en déduit rapidement qu'elle a claqué un mois de salaire dans des godasses qu'elle ne portera jamais parce qu'elles lui feront mal aux pieds.

J'ai exhumé la recette ancestrale du Lammele que je réalisais jusqu'alors dans des moules à manqué. Ces biscuits, très bons au demeurant, ne ressemblaient pas du tout à des moutons, à moins d'avoir beaucoup d'imagination et de conceptualiser le mouton sous forme de mouton cubique, image moins sexy qui ne met pas l'eau à la bouche. En ce qui me concerne du moins. Je présentais ce biscuit comme un biscuit de Savoie et les gourmands étaient ravis. Tous.

Réaliser cette recette est un vrai bonheur. Elle est facile et je connais le résultat même si le moule apporte un charme irremplaçable. Il faut quand même que je la place : dans "Elle à table", Christophe Felder explique que c'est le moule en céramique qui donne son goût au biscuit. Je vous laisse méditer là-dessus, moi je n'en pense pas moins...

J'ai réalisé cette recette avec un réel plaisir, la cuisson s'est bien passée quoique plus longue pour une plus petite quantité de pâte, je mets ça sur le compte de la belle épaisseur du moule en céramique. Bref, le bliss. Je sors le Lammele du four et vaque à mes occupations de maman. C'était sans compter l'intervention discrète du chat...

Le coquin a croqué une petite partie des pieds du Lammele et a répandu tout plein de petites miettes sur le sol de la cuisine fraîchement nettoyée. Donc, quand vous ferez un Lammele, songez à vider la cuisine des rongeurs de tous poils avant de vous absenter, même s'ils ont l'air d'être innocents, charmants, repus et profondément endormis !


(oui, on ne voit pas les dégâts, ne le dîtes pas au chat ou il va porter plainte à la SPA pour mauvais traitements... ;-))

Ingrédients pour un grand Lammele (si vous n'avez pas de moule ou si vous avez 2 moules à Lammele, doubler les proportions et utiliser un moule à manqué en silicone) :

- 3 gros oeufs
- 125 g. de sucre semoule
- 62 g. de farine
- 37 g. de fécule de maïs
- 1 pincée de sel
- facultatif : le zeste finement râpé d'un citron, quelques gouttes d'extrait de bergamote ou le parfum de votre goût. Moi, je suis parfois très planplan et ma version préfèrée du Lammele, c'est la version sans arôme ajouté.

Battre au fouet le sucre et les jaunes d'oeufs. Quand le mélange est blanc et mousseux, ajouter la farine, la fécule de maïs, la pincée de sel (et le zeste de citron si vous voulez).

Battre à la machine les blancs d'oeufs en neige ferme et les incorporer à la pâte.

Verser dans le moule beurré et fariné.

Cuire à 180° C (chaleur tournante) pendant 45 minutes.

Je vous livre les astuces du quincailler concernant la première utilisation d'un moule à Lammele : graisser le moule ouvert en 2 et le mettre au four chaud 10 minutes environ. Laisser refroidir. Nettoyer. Regraisser le moule et remettre au four. En chauffant, la graisse imprègne les parois en terre cuite. Un moule ne se lave pas, il s'essuie avec un torchon. Pour pouvoir démouler un mouton sans problème (pas comme moi qui ai cru bon de zapper l'étape, erreur qui a failli être fatale pour le mouton), graisser le moule et parsemer de la farine sur les parois du moule. Tapoter pour retirer l'excédent. Refermer le moule et remplir de pâte par l'arrière-train du mouton. Tapoter pour éviter la formation de bulles de pâtes. Laisser bien refroidir avant d'ouvrir le moule en 2.

Allez, je ne résiste pas ! Encore une photo du miraculé avant qu'il ne trépasse (miam !) :

25 commentaires:

Sophie a dit…

It looks so yummie & adorable!!!!

les 2 gourmands a dit…

il est trop mignon, ça doit être dur de le mordre à pleine dents !!!

valerie a dit…

quel joli reportage !
bravo j'ai apprécié !
bonne journée
val

bache a dit…

J'ai découvert ton blog hier .. j'adore :) Je n'ai pas pu m'empecher de lancer ladite chanson de Boris Vian sur deezer :)
D'origine alsacienne (mais un peu bretonne maintenant), ce Lammele me fait terriblement envie (en plus de me rappeler plein de souvenirs).

Mamina a dit…

Il n'est pas toujours bon de dire à Mr Felder que ces recettes ne sont pas toujours juste. Pour l'avoir fait une fois, je me suis vertement faite rabrouer... il m'a dit de faire un gâteau au yaourt!
Ceic dit, j'adore ton billet et je trouve ton chat-ronger bien coquin!

Chris a dit…

Trop joli ce mouton !

Sara a dit…

Your cake is so cute! I love it, so festive for spring.

Katherine Aucoin a dit…

That is amazing, I haven't seen anything like it before. It looks to pretty to taste.

Anoushka a dit…

Joooooli ton petit agneau :) On en faisait un, comme le tien, dans ma famille !
J'adore ton chat!
En ce qui concerne les "grands de la cuisine"... malheureusement je me suis cassée plusieurs fois les dents sur leurs recettes :(
Peut-être, il vaut mieux que je fasse le gâteaux au yaourt? :D

Salutations :)

Isabelle a dit…

c'est vraiment trop trop beau !
suis aussi capable de m'acheter un moule bien spécial pour un seul gâteau, quitte à ne pas m'en reservir tout de suite..mais dans l'instant..c'est INDISPENSABLE !

ps : chez nous...si l'homme me voit arriver avec le sourire, du magazinage...il sait que c'est forcément quelques choses liées à la cuisine qui me donnent le sourire :)

Flo Bretzel a dit…

Je feuilletais le même magazine ce midi!

Doria a dit…

Il est très beau cet agneau !!! Merc pour ce reportage !
Bisous, Doria

Elra a dit…

This the cutest baby lamb ever, not just that though, it is also the sweetest. For this one, I don't mind to eat the whole head, including the eyes!
Cheers,
elra

Elyse a dit…

What a precious little lamb! And what a cool looking cake mold. Great find, great make!

vibi a dit…

Fiou... Boris Vian, un agneau pascal tout de sucre vêtu et des shoes de drag! Quelle combinaison insolite et intéressante à la fois! Du coup, il faut croire que Pâques aussi... évolue! LOL

Ash a dit…

What a neat cake!! The mold is so interesting!
I like how your cat is eyeing it up! Very Nice!

laurence a dit…

Mdr... mais bon moi, je n'ai pas de quincailler comme ça moi par chez moi...

Babeth a dit…

Bravo! Pour les moules il y en a toujours plein dans les vide-greniers alsaciens :-)
Bises++

petitegentiane25 a dit…

je ne connaissais pas cette recette alsacienne (pourtant mes racines sont alsaciennes!) je trouve ça extra ! et merci monsieur le quincailler!

palaisdeslys a dit…

C'est superbe et l'histoire qui va avec aussi. J'oserais à peine y toucher!

Lucy a dit…

Miette... this lamb is so adorable and a fun presentation!

eleonora a dit…

Le final est toujours joli...beau billet de l'approche de Pâques

Botacook a dit…

J'adore les lemmele, ça me rappelle de bons moments lors des week-end de Pâques. Cette année, j'en ferai je pense.

Hélène a dit…

Je préfère lire les blogs, les recettes sont bien plus justes que dans les magazines. Quoique avec les recettes anglaises, je n’aie jamais de mauvaises surprises, les recettes sont toujours très bien expliquées et les proportions bien vues. C'est vrai que le moule ne doit pas être si facile à dénicher. C'est sympa de la part de ce quincaillier d'avoir offert sa recette. Une belle réussite.

Audrey de FLAGRANTS DÉLICES by tambouillefamily a dit…

c'est super bon ces petits agneaux, j'ai jamais testé la recette, alors que .... j'ai le moule !!! avec ta recette, j'oserai peut être enfin l'utiliser !